Forum du Site perso de la Profession INFIRMIERE, pour les infirmiers, étudiants et tout public.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Reconnaissance des contraintes, attractivité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
syndicat infirmier SNPI
Chevronné
Chevronné


Nombre de messages : 29
Age : 68
Localisation : paris
Date d'inscription : 03/03/2007

MessageSujet: Reconnaissance des contraintes, attractivité   Mar 8 Jan 2008 - 0:23

Article sur LIBERATION.FR : lundi 7 janvier 2008
http://www.liberation.fr/actualite/societe/302178.FR.php

«Les jeunes infirmières s'en vont, c'est un vrai gâchis humain»

Thierry Amouroux, président du syndicat national des professionnels infirmiers (CFE-CGC), demande une vraie reconnaissance des heures supplémentaires et des contraintes des infirmières. Le syndicat a déposé un préavis de grève le 24 janvier.

La ministre de la Santé Roselyne Bachelot ouvre ce lundi une concertation avec les représentants des praticiens et personnels hospitaliers, qui protestent notamment contre le non-paiement de leurs heures supplémentaires. Entretien avec Thierry Amouroux, président du syndicat national des professionnels infirmiers (CFE-CGC) qui représente 8.000 infirmiers et a déposé un préavis de grève pour le 24 janvier.

Quel est aujourd'hui le poids des heures supplémentaires sur le temps de travail d'un infirmier?
Sur une année, on estime à 14 jours le temps d'heures supplémentaires non-payées mais reconnues, c'est-à-dire effectuées à la demande de l'administration. Demande que les infirmières ne peuvent pas refuser, puisqu'il faut bien qu'il y ait quelqu'un pour s'occuper des patients. Ce à quoi il faut ajouter les heures supplémentaires non-reconnues, au moins une demi-heure en plus par jour. Sur le papier, les infirmières sont aux 35 heures. Mais comme elles travaillent en flux tendu et en sous-effectif, elles sont obligées de rester un peu plus à la fin de leur service pour ne pas alourdir encore la charge de l'équipe qui prend le relais.

Le problème des heures supplémentaires s'aggrave-t-il d'année en année ?
Oui et non. Depuis quelques années, le chiffre des postes vacants est stable. En région parisienne par exemple, où la pénurie est particulièrement forte, l'APHP (Assistance Publique - Hôpitaux de Paris) a besoin de 1200 postes supplémentaires. Mais en revanche la charge de travail augmente, avec le développement de l'hospitalisation à domicile qui a pour effet de laisser dans les hôpitaux uniquement les patients qui nécessitent des traitements lourds.
Il faut donc faire de plus en plus de soins, alors même que le personnel est de moins en moins expérimenté: aujourd'hui les deux-tiers des infirmières ont moins de cinq ans d'activité, et l'autre tiers est à quelques années du départ à la retraite. D'ici 2015, 55% des infirmières partiront à la retraite. Quant aux nouvelles, en général elles restent quelques années à l'hôpital puis se reconvertissent ailleurs pour avoir de meilleures conditions de travail, généralement dans l'enseignement ou dans les métiers liées à la petite enfance. C'est un vrai gâchis humain.

Qu'en est-il du problème du manque reconnaissance des contraintes ?
C'est le deuxième point sur lequel nous attendons de vraies avancées. Les infirmières travaillent un week-end sur deux, mais la prime est de 45 euros seulement, alors que dans le privé, le salaire est doublé. De même pour le travail de nuit: la prime est d'un euro en plus de l'heure, c'est dérisoire. On ne demande pas l'aumône, mais la reconnaissance des conditions de travail du personnel soignant.

La ministre de la Santé reçoit votre fédération demain mardi. Quelles sont vos revendications?
Nous demandons d'abord le paiement des heures supplémentaires pour les infirmières qui le souhaitent, avec une majoration de 25%, comme dans le privé. Il faut ensuite que le travail du week-end et de nuit soit rémunéré à sa juste valeur. C'est la seule façon de rendre ce métier plus attractif et ainsi d'endiguer la pénurie de personnel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
syndicat infirmier SNPI
Chevronné
Chevronné


Nombre de messages : 29
Age : 68
Localisation : paris
Date d'inscription : 03/03/2007

MessageSujet: Re: Reconnaissance des contraintes, attractivité   Mer 30 Jan 2008 - 15:12

Heures Supplémentaires soldées à l’hôpital !

Les négociations sur la rémunération des heures sup. et des CET dans la Fonction Publique Hospitalière se sont terminées cette nuit. Objectivement, le texte est « moins pire » : le projet du 22 janvier était une insulte à la profession infirmière, celui-ci est simplement limite sur le CET, mais inique et incohérent pour le paiement des heures sup. selon Thierry AMOUROUX, le Président du SNPI CFE-CGC.

Les syndicats ont huit jours pour « consulter leur base » afin de décider s’ils signent ou non. Dans la Fédération Santé CFE-CGC, nous consultons réellement tous les adhérents. Après, il y a deux manières de procéder :
- l’objective : donner les propositions, sans dire ce que nous en pensons en tant que négociateurs,
- le « consentement éclairé » : donner notre analyse syndicale, en fonction de notre connaissance du dossier, pour que chacun puisse se prononcer en toute connaissance de cause. C’est le choix du SNPI.

Ce protocole comporte deux volets :

1) L’indemnisation des jours épargnés dans un CET

« Chaque agent pourra opter librement pour l’indemnisation et/ou la récupération des jours restant dûs en temps. S’agissant de l’indemnisation, chaque jour sera indemnisé sur la base d’un forfait de 65 euros brut (catégorie C), 80 euros brut (catégorie B) et 125 euros brut (catégorie A) dans la limite de 50 % des jours épargnés par l’agent sur son CET. » En clair, si vous avez 30 jours sur votre CET, vous pouvez vous en faire payer au plus 15.

Le montant est il correct ?
- Pour la catégorie B, 80 euros correspondent au coût horaire jusqu’à l’IDE de classe normale 4ème échelon. Au-delà, vous acceptez d’être sous-payée !
- Pour la catégorie A, 125 euros correspondent au coût horaire jusqu’au cadre infirmier 7ème échelon, et au cadre supérieur infirmier 3ème échelon. Au-delà, vous acceptez d’être sous-payée !

2) Les heures supplémentaires restant dues au 31 décembre 2007

« L’indemnisation des 14 premières heures est valorisée sur la base de l’indice majoré détenu par l’agent au 31.12.07, dans les conditions prévues à l’article 7 du décret 2002-598 du 25.04.02 modifié. L’indemnisation du solde des heures dues est valorisé sur la base d’un forfait de 13 euros brut. »

Quelles sont les heures concernées ? Toute journée figurant sur votre carte de situation, qui n’a pas pu être prise en 2007, et qui n’a pas été portée sur un CET.

Le montant est il correct ?

Pour les 14 premières heures, c’est l’application de la réglementation, c’est-à-dire l’indice de l’agent, avec une majoration de 7 %. Nous demandions une majoration de 25 %, comme dans le privé depuis longtemps, et conformément à la loi TEPA entrée en vigueur au 1er octobre 2007.

Pour le solde, il y a deux problèmes de fond :
- pour beaucoup d’agents, cela revient à se faire payer moins cher les heures sup. que les heures normales !
- un montant unique entraîne une inégalité de traitement !


Dans un même service hospitalier, vous aurez ainsi :
- une aide soignante au 2ème échelon (indice 285) a un coût horaire de 8.41 euros, soit une majoration de 54 %
- une IDE au 5ème échelon de la classe sup (indice 515) a un coût horaire de 15.19 euros, soit une baisse de 15 %
- une IADE au 5ème échelon de la classe sup (indice 544) a un coût horaire de 16.04 euros, soit une baisse de 19 %
- un cadre supérieur infirmier au 4ème échelon (indice 581) a un coût horaire de 17.14 euros, soit une baisse de 25 %

Pour le CET comme pour les heures sup., vous avez jusqu’au 30 juin 2008 pour exprimer votre choix (comptez plusieurs semaines avant la parution des textes réglementaires et l’arrivée des fonds dans votre établissement).

Au total :
- pour une IDE de classe normale, du 2 et 3ème échelon, vous obtenez une bonne indemnité (majoration de 25 %)
- pour une IDE de classe normale, du 4 au 6ème échelon, vous rejoignez votre coût horaire normal (légèrement majoré)
- par contre, toutes les IDE de classe sup, les infirmières spécialisées et les cadres infirmiers sont perdants : travailler plus pour gagner moins !

Il est incohérent de payer à un même agent une partie selon l’indice, et le reste au forfait !

« Voici 50 ans, certains trouvaient logique que l’ouvrier et le directeur de l’usine perçoivent le même salaire. Depuis, nous avons changé de siècle, et nous considérons que la rémunération doit être fonction du niveau de compétences et de responsabilités. En l’occurrence, cette proposition de nivellement est inacceptable pour des professionnels expérimentés et des cadres de santé ! » précise Thierry AMOUROUX, le Président du syndicat infirmier de la CFE-CGC.

Le texte du protocole est en téléchargement dans l'article :
http://www.syndicat-infirmier.com/article.php3?id_article=491
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
soudain
Initié
Initié


Nombre de messages : 3
Age : 38
Localisation : pas de calais
Date d'inscription : 12/02/2008

MessageSujet: contarintes   Ven 15 Fév 2008 - 8:57

bonjour si je peux me permettre je travaille dans le privé je fais 3 week end sur 5 avec des horaires tres long entre 11 et 12 heures le dimanche avec parfois l impossibilité de prendre une pause et mon salaire n est pas doublé ma prime pour le dimanche et de 20 euros brut!

ne nous etonnons pas de voir les infirmieres quitter les services.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Reconnaissance des contraintes, attractivité   

Revenir en haut Aller en bas
 
Reconnaissance des contraintes, attractivité
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Accompagnement personnalisé, une opportunité sans contraintes... ou presque
» Temps et climat : géographie des contraintes et des risques conseil lecture?
» Les contraintes en religion
» Contraintes Thermiques
» Astreintes, contraintes et obligations

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de la profession infirmière-Santé :: Forum "Le Site perso de la Profession INFIRMIERE"-
Sauter vers: