Forum du Site perso de la Profession INFIRMIERE, pour les infirmiers, étudiants et tout public.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Partagez | 
 

 Vaccination H1N1 : méfiance des infirmières

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
syndicat infirmier SNPI
Chevronné
Chevronné


Nombre de messages: 29
Age: 65
Localisation: paris
Date d'inscription: 03/03/2007

MessageSujet: Vaccination H1N1 : méfiance des infirmières   Mar 1 Sep 2009 - 13:19

Le syndicat des infirmières SNPI CFE-CGC estime qu’une vaccination massive contre un virus grippal relativement bénin, présente des risques, du fait d’un vaccin développé trop rapidement, et d’un adjuvant susceptible de déclencher des maladies auto-immunes.

Nous invitons la population à se vacciner contre la grippe saisonnière : ce vaccin, réalisé dans des conditions normales, sera disponible dès la quatrième semaine de septembre. Cela permettra de réaliser rapidement un diagnostic différentiel en cas de syndrome grippal. Par contre, chacun doit bien mesurer le rapport bénéfice/risques du vaccin H1N1 : d’un côté une semaine de grippe, de l’autre une probabilité, faible mais définitive, d’avoir une maladie neurologique (Syndrome Guillain-Barré) ou auto-immune.

Comme les infirmières de Grande Bretagne et de Hong Kong, les infirmières craignent que le remède risque d’être pire que le mal, et pensent qu’il faut savoir "raison garder". La pandémie peut causer une crise économique, et l’Etat s’est très bien organisé pour y faire face (conseils d’hygiène, masques, Tamiflu). "Mais injecter 94 millions de doses d’un produit sur lequel nous n’avons aucun recul peut poser un problème de santé publique, et il est de notre devoir d’infirmières d’informer correctement la population, pour que chacun prenne sa décision en toute connaissance de cause, par un consentement libre et éclairé, et non par une campagne de publicité et des discours alarmistes" souligne Thierry AMOUROUX, le Secrétaire Général du SNPI, le Syndicat National des Professionnels Infirmiers.

Le virus H5N1, responsable de la grippe aviaire, possédait une virulence très élevée (le taux de mortalité a atteint 60 %) couplée à une contagiosité chez les humains très faible (quelques milliers de cas sur l’ensemble de la planète). Le H1N1 est pratiquement l’inverse : il est très contagieux mais faiblement agressif : en France, 2 décès de malades atteints de maladies chroniques graves et porteurs du virus A (H1N1), et 11 cas graves contre environ 2.000 morts français de la grippe saisonnière par an !

Comment peut-on éviter une répétition des complications rencontrées en 1976 aux États-Unis d’Amérique avec le vaccin contre la grippe porcine ? 46 millions de personnes avaient été vaccinées, et environ 4.000 d’entre elles ont porté plainte par la suite pour effets secondaires graves. Selon l’OMS "Des études laissent à penser que la vaccination régulière contre la grippe saisonnière pourrait être associée à une augmentation du risque de syndrome de Guillain-Barré de l’ordre d’un à deux cas par million de personnes vaccinées. Pendant la campagne de vaccination antigrippale de 1976, ce risque a augmenté pour atteindre environ dix cas par million de personnes vaccinées, ce qui a conduit à un retrait du vaccin." Source : http://www.who.int/csr/disease/swin...

Un amplificateur d’effet, l’adjuvant AS03 utilisé pour le vaccin préparé par GlaxoSmithKline (GSK), permet d’utiliser de très faibles doses d’antigène, multipliant ainsi le nombre de doses possibles. Un tel adjuvant n’a jamais été utilisé auparavant dans un vaccin commercialisé à large échelle, et peut donc déclencher des réactions immunitaires excessives et augmenter la probabilité et la fréquence d’effets secondaires rares, mais graves et dangereux, pour les personnes qui ont une maladie auto-immune (diabète, hypothyroïdie, arthrite, sclérose en plaques, etc.).

Le passage des essais cliniques à l’administration systématique est une phase particulièrement sensible dans l’utilisation des médicaments. S’il a des effets secondaires inattendus, ceux-ci peuvent affecter un nombre très important de personnes avant qu’on puisse faire marche arrière. La vaccination immédiate de dizaines de millions de personnes par un vaccin peu testé est inquiétante : c’est une expérimentation grandeur nature. La stimulation du système immunitaire par trois doses de vaccin antigrippal en quelques semaines est une nouveauté : la grippe saisonnière en septembre, puis deux doses de vaccin anti-pandémique adjuvanté à trois semaines d’intervalle.

1/3 des infirmières de NHS (National Health Service) en Grande Bretagne, refusent de se faire vacciner contre le H1N1. De même que la moitié des infirmières de Hong Kong, qui ont pourtant connues la pandémie de SRAS. Pour connaitre les intentions des infirmières de France vis à vis de leur propre vaccination contre la grippe H1N1, le Syndicat infirmier SNPI CFE-CGC lance une consultation aujourd’hui. Le résultat de ce sondage sera publié sur leur site prochainement.

Pour plus de détails, avec les sources OMS, INVS et HAS :
http://www.syndicat-infirmier.com/Vaccination-H1N1-mefiance-des.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Vaccination H1N1 : méfiance des infirmières

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» VACCINATION H1N1 en EUROPE : 55 SIGNALEMENTS DE DÉCÈS
» Vaccination H1N1.... des voix s'élèvent !
» Vaccination H1N1
» vaccin contre la grippe A et narcolepsie
» Cas de narcolepsie avec cataplexie à la suite d’une vaccination contre la grippe A/H1N1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de la profession infirmière-Santé :: -